N°18 – Un peu psy, le médiateur de dettes ?

  • Éditorial
  • ÉpingléUn Observatoire du surendettement pour la Flandre
  • Au faitPouvoir d’achat, consommation et revenus modestes
  • OutilLe nouveau site de l’OCE
  • PréventionArchime’d et Finaref : un partenariat inédit
  • DossierUn peu psy, le médiateur de dettes ?
  • Séminaire et colloques
    • L’hypothèque inversée selon Test-Achats
    • Inclusion sociale et financière : entre responsabiltié individuelle et collective
  • On nous écrit, on nous demandeLes dettes de couple : la cohabitation légale et l’union libre
  • HumeursQuel soutien aux indépendants en difficulté ?
  • TéléxUne proposition PS contre le crédit facile. Protocole de collaboration RW – Communauté française…

Comme tout travail social, la médiation de dettes touche l’humain, avec ce qu’il charrie d’aspects personnels quant à la gestion d’une situation de crise, l’établissement d’un contrat entre un médiateur de dettes et le médié, la mise en oeuvre d’une relation d’aide, ? Avec en point de mire, la thématique de l’argent qui peut compliquer les choses, vu le caractère tabou de l’objet meme de la médiation. Il faut pouvoir gérer la relation en maintenant le cap des objectifs, ne pas se laisser embarquer sur des voies de traverse et parvenir à mettre certaines limites. D’où l’existence de formations spécifiques. Non pas pour fournir au médiateur de dettes le kit du parfait psy en trois leçons, mais pour l’aider à mieux cerner les enjeux, à comprendre l’autre et à construire sa pratique dans le respect de sa propre personne et de celle de ses interlocuteurs.